Potter Catherine

25 déc. 1957 – 3 déc. 2010

Spécialiste de la flûte bansurî. Ses dispositions musicales se manifestant tôt, sa grand-mère lui paie des leçons de piano. Elle apprend la flûte à bec à l’école primaire et, à l’adolescence, étudie la guitare pour jouer les airs de ses chanteurs préférés. Jeune adulte, elle entreprend un long périple en Extrême-Orient, et s’installe en Inde. Dans la ville sainte de Bénarès, elle s’imprègne de la musique environnante et fréquente les concerts nocturnes des maîtres locaux. Elle prend alors des leçons de bansurî, un instrument millénaire originaire du nord de l’Inde, fait de bambou, et requérant un doigté précis sur chacun de ses 8 trous. Rentrant au Canada, lors d’une halte en Hollande, elle rencontre le grand virtuose du bansurî, (Pandit?) Hariprasad Chaurasia, qui lui offre de compléter son apprentissage. Devenue sa disciple, elle l’accompagnera souvent sur scène. Dans un souci d’équilibre, elle s’inscrit en jazz à l’Université Concordia et en ethnomusicologie à l’Université de Montréal. Elle sort un premier disque, Bansuri, en 1997. Son art s’enrichissant de diverses influences, elle lance en 2002, le Duniya Project qui se veut un lieu d’échanges pour musiciens de l’Est et de l’Ouest, puis de l’Afrique. Son second album Duniya Project, propose une fusion de musique hindoustanie, mandingue, de jazz , et d’improvisations. En 2008, elle organise une tournée de 32 jours de son groupe en Inde. On l’y considère comme plus indienne que tout autre Indien. La communauté indienne du Canada la reconnaît comme l’une des 5 étoiles vivantes de la musique classique hindoustanie. Née à Guelph (Ontario) le 25 décembre 1957, elle est décédée à Montréal le 3 décembre 2010.

 

Retour