Revue de presse

Voici des extraits de reportages et de commentaires
parus dans les médias au sujet de MEMORIA. Les feuilleter,
c’est stimulant pour nous et rassurant pour vous.

L'art d'honorer les êtres chers


Auteur : Denise Proulx
Référence : Le Journal de Montréal

Consultez l'article

Moment Factory illumine les 80 ans d'Alfred Dallaire Memoria (VIDÉO)


http://quebec.huffingtonpost.ca/2013/11/14/alfred-dallaire-memoria-80-ans-moment-factory_n_4272721.html

Près d’une centaine de personnes ont assisté mercredi à la soirée anniversaire marquant les huit décennies d’Alfred Dallaire Memoria, une institution dans le monde de l’entreprise québécoise.

Pour souligner l’évènement, la petite fille d'Alfred Dallaire et aujourd’hui présidente de l’entreprise funéraire, Jocelyne Dallaire Légaré, a lancé son livre, intitulé « Alfred et moi ». Une œuvre retraçant l’histoire de la famille et de l’entreprise. Elle a aussi fait appel à la compagnie Moment Factory pour illustrer le mariage de l’innovation avec un savoir-faire ancestral. Un défi relevé.

Le goût de vivre


Auteur : Luc Boulanger
Référence : La Presse

Alfred Dallaire Memoria 80 ans d'innovation


Référence : Journal de Montréal

Consultez l'article

Alfred Dallaire Memoria 80 ans d'histoire et d’innovation


Auteur : Jean-Claude Poitras
Référence : Le Devoir

L'industrie de la mort prend le virage vert


Référence : Les affaires

Alfred Dallaire propose des lieux renouvelés


Auteur : Jean-Louis Gauthier
Référence : Le bel âge

Changer le rituel de la mort


Auteur : Chantal Renaud
Référence : La semaine

S'inspirer de la crème des commerces


Auteur : Lucie Lavigne
Référence : La Presse

Dialogue avec une immortelle. Jo Légaré entre Éros, Molinari et Thanatos


Auteur : Josée Blanchette
Référence : Le Devoir

La mort n’a pas froid aux yeux et, ça tombe bien, Jo Légaré non plus. À la fois magicienne et fossoyeuse, elle franchit constamment la frontière entre la vie et la mort. Une passeuse, voilà ce qu’elle est. Une femme de braise, aussi. Chez elle, le feu ne dévore pas, il couve. « Veuve » joyeuse du peintre Guido Molinari qui en a fait sa dernière égérie, la petite-fille d’Alfred Dallaire s’affaire comme entrepreneuse le jour, artiste le soir, tantôt documentariste et même un tantinet éditrice. Fragile et solide, ça dépend des morceaux, comme chantait j’sais plus qui.

Consultez l'article

La mort lui va si mal


Auteur : Hélène de Billy
Référence : Sélection du Reader’s Digest

Jusqu’à un certain point, affirment les spécialistes, l’être humain ne rit que de la mort. Jocelyne Légaré peut en témoigner. Elle se souvient d’une conversation avec sa mère lorsque son grand-père, le fondateur de l’entreprise, est décédé. Analphabète, Alfred Dallaire se débrouillait fort bien malgré son handicap. Jocelyne Légaré l’adorait. Quand il est mort, elle lui a écrit une petite lettre qu’elle avait l’intention de placer dans son cercueil. Au moment où elle allait s’exécuter, sa mère lui a lancé : « C’est très bien, mais il ne peut pas la lire. » Et toutes les deux de s’esclaffer… « Chacune à sa manière, ma mère et moi, on niait la mort, conclut Jocelyne. Mon humour est né là, dans le partage de ce déni commun. »

Souffle de jeunesse-Place aux jeunes


Auteur : Jacinthe Tremblay
Référence : La Presse

Donner de la dignité à la mort


Auteur : Richard Johnson
Référence : Journal de Montréal

Ce n’est pas mauvais de se faire plaisir, mais nous allons beaucoup plus loin. Il s’agit d’une démarche sérieuse et rigoureuse. La mort fait partie de la vie. On ne doit pas l’ostraciser, la cacher, l’enfermer dans des rituels ténébreux. La mort est inévitable, autant lui donner la plus grande dignité. (…)

Consultez l'article

Jocelyne Légaré, une avant-gardiste


Auteur : Suzanne Dansereau
Référence : Les affaires

Jocelyne Légaré est à l’opposé du croque-mort verdâtre des Lucky Luke. Séduisante, blonde et lumineuse, la présidente d’Alfred Dallaire Memoria insuffle de la modernité à l’entreprise funéraire. (…) Elle est la première à avoir ouvert une halte-garderie dans l’un de ses salons, à y avoir tenu des expositions d’art, à avoir équipé ses salles pour le multimédia, à avoir conçu des lieux se méritant des prix de design et d’architecture, à louer ses locaux pour faire des lancements de disques et de livres ou tenir des rassemblements.

Un bilan positif


Référence : Les affaires

Le café de la mort


Auteur : Olivia Wu Yao Kwang
Référence : Journal Voir

C'est ma vie


Auteur : Jacqueline Simoneau
Référence : Madame

10 ans de commerce design


Référence : Les affaires

Commerce atypique


Salon funéraire revu et corrigé


Auteur : Sophie Vallerand