Retour aux avis de décès

M. Jean-Pierre Brouillé

1951 - 2021

Jean-Pierre Jean-Pierre Brouillé

La famille accueillera parents et amis au :
3254 BELLECHASSE, MONTREAL
Le samedi 20 mars 2021 de 13h à 16h - de 17h à 19h



À Montréal le 22 février, à l’âge de 69 ans, mon âme-frère s’est envolée. Jean-Pierre Brouillé était le fils de Marcelle Gaudet -- qu’il a tant chérie – et de feu Marcel Brouillé, père admiré. Il me laisse dans le deuil (sa sœur Colette) ainsi que ses neveux et nièces Maxim Martin, Ariane Martin-McCormack (Matthew) et leur mère Diane Martin, Olivier Parent, Katrine Parent et leur mère Mariette Parent et de petits neveux et nièces. Son frère Claude l’a précédé, de précieux-ses ami.e.s dont il a marqué le parcours lui survivent.

À titre de metteur en scène, scénariste et scripteur, tant pour la radio que la télé, l’écriture l’a toujours habité. Son grand talent a été reconnu par deux prix Gémeaux.

Mon grand complice, mon mentor, mon guide en toutes sortes d’aventures artistiques ou loufoques, est parti dans un univers qui m’échappe. Mais les innombrables souvenirs sont intacts.

À commencer par nos mémorables crises de rires mais aussi nos larmes partagées sur nos épaules. Nos folies d’enfance, de famille soudée. Pendant des années, nous avons marché côte à côte, collés-collés, fait les cent coups dans les nuits folles de Montréal et même d’ailleurs. Foulé une petite scène parisienne… Même si tu n’as jamais porté d’échasses, tu nous a guidés, joyeuse bande d’échassiers, dans l’univers d’Alexis le Trotteur.

Nous avons partagé nos succès et nos échecs.

Je lui en veux un peu d’avoir pratiqué son violon à la cuisine pendant que nous faisions, nous, la vaisselle, dans notre jeunesse. Mais j’ai eu mille autres raisons de l’adorer. Sa créativité, sa façon de rendre la moindre anecdote « bigger than life » et surtout son rire. Ce grand rire totalement éclaté qu’il a partagé avec tant de gens. La façon que le metteur en scène qu’il était avait d’aller chercher le meilleur de ceux et celles qu’il a dirigés. Tout comme bien des amis qu’il a côtoyés. Des femmes importantes de sa vie qu’il a parfois révélées à elles-mêmes. Des heures et des heures de textes écrits, entre autres pour le mythique Club des 100 watts. Sa curiosité de tout, mais des gens surtout, jusqu’à la fin, malgré son choix de faire la route en solitaire. Et tant d’autres choses.

Puis sa démesure s’est démesurément mutée en détresse. Tant de souffrance que tu laisses derrière. Ouf! Et c’est pourtant ton rire qui reste en écho de ta vie.

Je ne te R.I.P. pas mon frère. Tu es trop vivant. Allons ensemble vers la lumière…

P.S. : Merci à mes plus-que-précieu.x.ses ami.es qui m’ont enveloppé de leur bienveillance et leur compassion depuis le 22 février.

Merci à mon ange-gardien, grands bras toujours ouverts, tu es ma vitalité, Mario.

Un merci tout particulier aux gens du CLSC Petite-Patrie, Sylvie, Alfredo, Édith, Tan, vous avez été son dernier rempart. Et à Audrey-Claude qui a permis tous ces liens.

Une séance Zoom aura lieu le 21 mars à 14h pour les membres de la famille qui souhaitent accompagner sa mère dans son deuil (en direct de sa résidence).

Si vous souhaitez vous présenter au Salon le 20 mars ou participer au Zoom le 21 mars, veuillez SVP m’en aviser : [email protected]


Offrez vos condoléances

Partager  

Retour aux avis de décès