Avis de décès

COVID-19 : des services complets et adaptés en ces temps de pandémie

En savoir plus
Pierre Lafleur

M. Pierre Lafleur
1942 - 2021

Après 27 jours passés au CHUM à Montréal au Québec, Dad, Papou, Flower, Pierre est décédé le mardi 27 avril. Le séjour à l’hôpital fut une montagne russe émotionnelle que nous n’aurions pu imaginer. Nous avons tout affronté ; la peur, le chagrin, la colère et une profonde tristesse. Dr Lizé, l’interniste de Dad, a fait preuve de compassion et de compréhension pour nous soutenir et nous informer. Il a appelé chaque jour, sans faute, et nous a démontré un grand respect. Nous n’avons pas rencontré l’équipe de l’unité de soins intensifs COVID, mais ils étaient là pour nous et ont su créer une certaine intimité avec des appels sur haut-parleur pour que Dad nous entende, ce qui a fait toute la différence. Nous savons qu’il nous a entendus, qu’il a eu conscience que ses proches étaient avec lui.

À toute l’équipe en soins palliatifs : vous lui avez offert la dignité. Nous avons été choyés par votre travail. Merci.

Pierre n'est pas mort directement du COVID, mais 12 journées passées sous intubation, à combattre le virus, auront causé son décès. Pierre était une personne politisée, ses opinions ne pliaient que rarement… il aurait voulu que l’on sache que ce n’est pas OK. Tout ceci n’est pas OK! S’il vous plaît, faites votre part pour aider à enrayer la propagation de ce terrible virus. Pierre était vacciné et il aurait souhaité que tout le monde comprenne qu’il faut demeurer prudent.

L’ont précédé dans la mort ses parents Robert Lafleur et Gabrielle Ste-Marie ainsi que son frère Jean. Il laisse dans le deuil son frère Robert, Suzanne Lamontagne, son épouse depuis 58 ans, ses trois filles Natalie (Pierre Blanchard), Caroline (Bob McKenzie), Julie Anne (Tony Ross), ses six petits-enfants Olivier, Camille, Rebecca, Vanessa, Charlotte, Emilie et un autre (Jackie McKenzie accueillera bientôt un petit garçon.)

Pierre aimait sa famille, il aimait voyager à travers le monde pour le travail comme pour le plaisir. Il se réjouissait de passer des weekends dans sa maison de campagne à Saint-Anicet, entouré de ses amis et de ses petits-enfants.

Pierre avait aussi une famille au travail dont les membres regrettent son départ. À sa famille Nelco : vous étiez sa raison de se lever le matin. Il était très fier de son équipe et il a travaillé, comme il l’avait toujours dit, jusqu’au jour de sa mort. Merci à sa famille Nelco.

En lieu de fleurs, Suzanne et ses filles vous prient de faire un don au Fonds Pierre Lafleur en soutien au programme de cancer du sein des Cèdres (en lien ci-dessous ou par téléphone 514 656 6662).

Partager :