Retour aux avis de décès

M. Robert Thibaudeau

1946 - 2021

Robert Robert Thibaudeau



Robert était un passionné de la vie, du mouvement, de la nature, de la pêche, des jeux de mots, de l’art et de l’écriture, de la musique, des voyages, des bons repas et du bon vin, tout cela enrobé d’amour, ingrédient essentiel pour lui. 

Fidèle à lui-même, il nous a tous impressionnés par sa volonté, sa persévérance, sa ténacité, sa force, ses douces folies… Il était tellement inspirant et il continue toujours de nous inspirer à aller plus loin et à donner le meilleur de nous-mêmes.

Il faut rappeler que Robert était sous l’emprise de la maladie de Parkinson, son dragon, depuis presque trois décennies. C’était un vrai batailleur, un fier guerrier. Pas d’apitoiements, pas de moments d’envie ou de jalousie, ni de peurs incontrôlables qui tuent le bonheur, non… juste le goût de respirer, de vivre jusqu’au bout, de profiter le plus possible (et avec une bonne dose de témérité) de ce qui est encore là et de l’amour des siens.

Il nous a partagé sa passion pour la pêche, pour la cueillette des champignons, nous a raconté et écrit de merveilleuses histoires, nous a fait rêver… Il avait des milliers de projets, sa créativité ne connaissait aucune limite, que ce soit en écriture, en poésie, en chansons ou en peinture.

Il adorait Sylvie, ses enfants, sa famille, ses amis.
C’était un amoureux, un papa, un grand-papa, un oncle, un ami … merveilleux!
Il va beaucoup nous manquer.

Il compte sur sa famille et ses proches pour continuer à profiter pleinement de la vie qu’il aimait tant.

Une cérémonie commémorative se tiendra à une date ultérieure afin de pouvoir célébrer comme il l’aurait voulu. Les détails sont à venir sur ce site. 

Vos marques de sympathie peuvent se traduire par un don à l’organisme Parkinson Québec.

Nous tenons à vous partager quelques-uns de ses écrits et vous invitons à vous rappeler de tous les beaux moments passés en sa compagnie.

Extrait de « Un Dragon nommé Parky, Chroniques d’un cas chronique » (Éditions de la Paix, 2006) :

« Pourtant, même dans l’ombre du dragon, je crois toujours au bonheur. Rien n’est jamais si facile, rien n’est jamais gagné d’avance, mais rien n’est perdu non plus. L’important, c’est de livrer le combat, de rester en mouvement, de demeurer vivant...     Qu’il soit intérieur ou extérieur, le mouvement exprime la vie. Il se révèle à travers les rêves et les projets qu’il ne faut surtout pas abandonner. Il faut au contraire lutter sans relâche pour les réaliser. » (p.157)                                                                          

               « L’amour et la persévérance mènent à tout. Pour moi, chaque dessin, chaque tache de couleur, chaque ligne de texte, chaque étape d’un projet représente autant de points marqués contre le dragon.» (p.66)

               « La maladie se transforme en rite de passage...une épreuve initiatique en quelque sorte. Une longue pente à gravir pour faire grandir la conscience, pour l’amener à un autre niveau de compréhension. La précarité du temps et la fragilité de la vie, tout autant que son sens profond m’apparaissent plus clairement que jamais. » (p.82)

               « Il faut vivre d’amour et d’amitié, de tendresse et de vérité...le temps n’attend personne et il ne fera pas d’exception pour nous. C’est un train à prendre au vol, d’un grand coup d’aile. » (p.180).

Et aussi (non publié) :

« Tout ce que l’on donne nous est redonné un jour. Tout ce que l’on retient nous quitte un jour. C’est la loi du va-et-vient, le rythme de l’amour. »

                                                                                                                                     Robert Thibaudeau

Dons suggérés :
Société Parkinson du Québec (Lien externe)


Offrez vos condoléances

Partager  

Retour aux avis de décès