Vallarcorba António

12 juill. 1940 – 26 juill. 2011

Natif de l’archipel des Açores, une région autonome du Portugal, il émigre au Canada en 1966, à l’âge de 26 ans. Il a suivi les cours de l’École commerciale et industrielle de Ponta Delgada. Il s’installe à Montréal, et travaille pendant 32 ans au service de radiologie de l’’Hôpital général de Montréal. À partir de 1984, pour l’hebdomadaire A Voz de Portugal, il couvre les événements religieux et culturels de la communauté portugaise de Montréal. Au moment où A Voz de Portugal, le plus ancien journal d’expression portugaise au Canada, fête ses 50 ans de parution, le 25 avril 2011, il y occupe la fonction de directeur. Dans les années 1980, il se joint également à l’équipe lusophone de Radio Centre-Ville et y réalise l’émission Crónica Insular. Il collabore activement à d’autres journaux de la diaspora, dont le Portugal Ilustrado (Toronto) et le Portuguese Times (New Bedford), et des Açores, entre autres, l’Açoriano Oriental, le Diário Insular et le Correio da Horta. On le considère comme une encyclopédie vivante des us et coutumes du peuple açoréen. En septembre 2000, il publie un recueil de 94 poèmes, Peito Açoriano. Impulsos poéticos. Plusieurs d’entre eux ont auparavant paru dans divers journaux, notamment A Voz de Portugal et O Emigrante. Parmi les inédits, quelques-uns ont été composés en français dont « Au-delà du réel » dédié au Québec, ou en anglais. Poète de l’immigration, poète de la nostalgie, António José da Silva Vallacorba nous convie à un parcours de son archipel natal, mais aussi des grandes villes nord-américaines. Né dans la localité de São José, de l’agglomération de Ponta Delgada, sur l’île de São Miguel le 12 juillet 1940, il est décédé à Montréal le 26 juillet 2011, précédant de 2 jours seulement son inséparable épouse Clotilde da Costa Amaral (17 septembre 1933-28 juillet 2011).Natif de l’archipel des Açores, une région autonome du Portugal, il émigre au Canada en 1966, à l’âge de 26 ans. Il a suivi les cours de l’École commerciale et industrielle de Ponta Delgada. Il s’installe à Montréal, et travaille pendant 32 ans au service de radiologie de l’’Hôpital général de Montréal. À partir de 1984, pour l’hebdomadaire A Voz de Portugal, il couvre les événements religieux et culturels de la communauté portugaise de Montréal. Au moment où A Voz de Portugal, le plus ancien journal d’expression portugaise au Canada, fête ses 50 ans de parution, le 25 avril 2011, il y occupe la fonction de directeur. Dans les années 1980, il se joint également à l’équipe lusophone de Radio Centre-Ville et y réalise l’émission Crónica Insular. Il collabore activement à d’autres journaux de la diaspora, dont le Portugal Ilustrado (Toronto) et le Portuguese Times (New Bedford), et des Açores, entre autres, l’Açoriano Oriental, le Diário Insular et le Correio da Horta. On le considère comme une encyclopédie vivante des us et coutumes du peuple açoréen. En septembre 2000, il publie un recueil de 94 poèmes, Peito Açoriano. Impulsos poéticos. Plusieurs d’entre eux ont auparavant paru dans divers journaux, notamment A Voz de Portugal et O Emigrante. Parmi les inédits, quelques-uns ont été composés en français dont « Au-delà du réel » dédié au Québec, ou en anglais. Poète de l’immigration, poète de la nostalgie, António José da Silva Vallacorba nous convie à un parcours de son archipel natal, mais aussi des grandes villes nord-américaines. Né dans la localité de São José, de l’agglomération de Ponta Delgada, sur l’île de São Miguel le 12 juillet 1940, il est décédé à Montréal le 26 juillet 2011, précédant de 2 jours seulement son inséparable épouse Clotilde da Costa Amaral (17 septembre 1933-28 juillet 2011).

Retour