Avis de décès

COVID-19 : des services complets et adaptés en ces temps de pandémie

En savoir plus
Simonne Talbot

Mme Simonne Talbot
1932 - 2021

La famille accueillera parents et amis au :

1111 LAURIER OUEST, OUTREMONT

Le vendredi 26 novembre 2021 de 14h à 17h et de 18h à 21h

Les funérailles auront lieu en toute intimité :

Le lundi 29 novembre 2021 à 10h au cimetière Notre-Dame-des-Neiges

Née à Saint-Gabriel-de-Rimouski, le 14 mars 1932 et décédée le 10 novembre 2021 à Montréal, à l’hôpital St-Mary’s.

Elle est la fille de feu Alfred Talbot et de feue Joséphine Lechasseur. Elle laisse dans le deuil son fils, Micaël, ses sœurs et frères : Bibiane (Jean-Pierre Giraudou), Jean-Noël,  Madeleine, Odilon, Pierre (Anne-Marie Soucy), Renée (Werner Friedlin), Valéda, de nombreux neveux et nièces, Loki (Sacha son papa), un de ses petits-neveux, ainsi que son filleul Gervais et de nombreuses amies et amis. La précédèrent Alfred, Edmond, Évelyne, Fernande, Odile et Zénon.

Elle laisse aussi dans le chagrin bien des enfants, aujourd’hui grands, et leurs parents, qui l’aimaient comme on aime une maman, ainsi que le personnel hospitalier qui l’adorait, et son bienfaiteur, M.P.

Issue d’une famille de 14 enfants, après avoir complété son école normale à Mont-Joli en 1948, elle commence à enseigner à l’âge de 16 ans au Rang Massé à St-Gabriel-de-Rimouski jusqu’en 1952, puis à Les Hauteurs au collège et au couvent ainsi qu’à Saint Marcellin, et ailleurs, enseignant à, et même dans certains cas avec, certain(e)s de ses frères et sœurs, puis à Mont-Joli à Notre-Dame-de-Lourde en 1963. Donc pendant près de 15 ans. Après quelques années de travail au Grand séminaire de Trois-Rivières où elle se plaît beaucoup, elle se consacre au service social à Amqui et à Saint-Damase jusqu’en 1968, alors qu’elle décide de parfaire sa formation en travail social à Rimouski (1968-1971) pour ensuite la mettre en pratique en sillonnant à nouveau le Bas du Fleuve de Rimouski à Rivière-du-Loup à Cabano dans le Témiscouata, jusqu’en 1974 où elle déménage à Montréal pour continuer son œuvre à Verdun, Chateauguay et Longueuil. Deux ans après ma naissance, elle met sur pied une garderie à la maison en 1977, et deviendra affectueusement pour plusieurs « Maman Simonne »… Sa mission d’éducatrice prendra fin en 1992.

Parallèlement, en 1986, elle fait une rencontre déterminante avec Madame Marguerite et se lie d’une grande amitié pour plusieurs personnes (Gabrielle, Monique, Fleurette, Jocelyne, Ernest, Yolande, Elmire, Dolorès, Agnès, Reine, Lucie) qu’elle rencontrera régulièrement pendant près de 20 ans et avec qui elle approfondira son inlassable recherche de réponses aux grandes questions de la vie.

Elle conservait de beaux souvenirs de voyages avec son frère Pierre en Gaspésie, de séjours au Bic, d’un voyage à Hawaï avec Renée et Werner, et de ses visites chez des membres de la famille et de vacances avec ses amies chez Evelyne et Serge à Sainte-Luce-sur-Mer, ainsi que d’avoir habité un moment chez ses sœurs Madeleine et Odile ou avec ses sœurs Renée et Bibiane avec qui elle a enseigné.

La voie qu’a choisie maman dans sa vie est celle de l’amour inconditionnel. Son amour et son dévouement pour les enfants, pour son enfant, son amour pour ses père et mère, qui l’ont tant inspirée, et pour les membres de sa famille, dont son frère Zénon qui a payé son école normale, son amour des personnes avec qui elle s’est liée d’amitié, pour qui aussi elle aura su être une oreille attentive, et pour toute personne qu’elle rencontra et aida sur son chemin, dans son travail et partout, son amour des animaux, de la nature et de la vie ; son amour n’aura laissé personne indifférent et nous parle, brille dans cet univers et nous réconforte, un jour à la fois.

Sa joie, son indépendance et sa débrouillardise, son intuition, son authenticité, sa simplicité et sa sincérité, baignée de cette douceur et de cette délicatesse sereine, sa patience (croyez-moi), sa tendresse et son empathie, sa foi et sa compassion, sa compréhension, son courage dans les épreuves, sa voix qui apaise, son allégresse, son sourire qui fait du bien et qui dissipe nos inquiétudes, sa chaleur quand elle nous prend par la main ou nous serre dans ses bras, son âme sensible et merveilleuse, ses dessins et sa poésie, sa capacité inépuisable d’émerveillement et de renouvellement, son style de décoration, comment elle aimait deviner la forme des nuages ou son goût pour les desserts sucrés, sa créativité, et son désir de vivre, son être et son souvenir se sont inscrits dans nos vies et bercent nos cœurs à jamais, et sa vie remplie de lumière éclaire nos chemins jusqu’aux étoiles et guide nos pas dans l’harmonie et la paix.

Maman, tu as mené de durs combats jusqu’à la fin et tu as maintenant retrouvé la paix, tu es là, tu veilles sur nous et nous aimes comme tu l’as fait toute ta vie et maintenant pour toujours. Et nous sommes réunis et ensemble t’aimons de tout cœur. Ton amour a triomphé et nous habite.

Je ne t’oublierai jamais maman, tu es avec moi et je suis avec toi, je te remercie de m’avoir aimé, de m’avoir aidé à devenir la personne que je suis, je me souviens de tout ce que tu as fait pour moi et je t’en suis reconnaissant, et toi aussi tu es mon ange et je t’aime !

Partager :