Obituaries

Louis Brossard

Mr. Louis Brossard


1937 - 2022

The family will receive family and friends at:

1111 LAURIER OUEST, OUTREMONT

Friday, October 7, 2022 from 6pm to 9pm and Saterday October 8 from 9:00 to 12:00

The funeral will take place:

Church ST-GERMAIN

28 VINCENT D'INDY, MONTREAL

Saturday, October 8, 2022 at 2:30pm

C’est avec une infinie tristesse que sa compagne des 48 dernières années, Monique Lebrun, vous annonce la mort de Louis Brossard, survenue le 16 septembre dernier à Montréal, au terme d’un combat acharné contre un cancer des os et de la prostate.

Gradué en histoire de l’Université de Montréal, Louis Brossard a enseigné plus de 30 ans aux niveaux primaire, secondaire, collégial et universitaire. L’essentiel de sa carrière s’est passé au collège André-Laurendeau, où il a fondé le département des sciences humaines  et créé le cours d’histoire de Chine.

Louis était passionné d’histoire, de musique et d’enseignement; il a été toute sa vie un bibliophile et un discophile averti. Il a pendant plus d’un demi-siècle parcouru le monde tous azimuts et régalait amis et parenté de récits de voyage enlevés et palpitants.

Outre son épouse, Louis laisse dans le deuil deux frères et une sœur, de nombreux neveux et nièces, de même que de nombreux amis québécois et européens. Son épouse tient à remercier particulièrement, pour leur compassion et leur humanisme, Tatiana Gojan, infirmière chef du CSLC Côte-des-Neiges, de même que le Dr Louis-Bruno Théberge, de l’hôpital St-Mary, qui lui a administré l’aide médicale à mourir.

La famille recevra les condoléances le vendredi 7 octobre 2022 de 18h à 21h et le samedi 8 octobre 2022 de 9h à 12h au Salon Alfred Dallaire Memoria, au 1115  rue Laurier ouest, Outremont H2V 2L3. Une messe de funérailles sera célébrée à la mémoire du défunt à 14h30,  le samedi 8 octobre 2022, en l’église St-Germain d’Outremont, sise au 28 rue Vincent-d’Indy, Outremont H2V 2S9.

« Il y a quelque chose de plus fort que la mort, c'est la présence des absents dans la mémoire des vivants.» (Jean d’Ormesson, 1974)

Share :